L’Europe et le touro-aryanisme

Sadenas, ou Sasena. Aboui-Gazy, accordant ce nom à une dynastie postérieure persane e, ne paraît pas être dans l’erreur, et il veut par !ce nom désigner certains anciens noyaux de races. En effet, aujourd’hui même, la moitié des Kurdes (anciens Carduhes) portent le nom de ‘Zazas et ‘t puis on voit les Kurdes du Turkestan connus àcequ’itsemb!e partes anciens,sous le nom deSaces. Il paraît aussi, qu’it faudrait y ajouter les Kurdes; les Mèdes de Moussoul, de Sooteima~nié d’une partie de l’Aderbidjan et du Kouzistan. Ces’ derniers; cependant, qui gardent quelques vestiges de leur ancienne grandeur”, n’acceptent pas ce nom, et par consé ~ent, l’affinité de leurs idomes avec celui’ de’s Perses sassanides ne doit être attribué qu’à l’ancienne civilisation des Aryas, dans laquelle ces tribus ont grandi. D’ailleurs, s’il est vrai ‘que la dynastie postérieure sassanide portait le nom national, on pourrait soupçonner que les dynasties antérieures de la Perse, savoir, Ci’ttcs des Parthes, dps Mèdes des Çaia- niens et des Picbdadrens. n’étaient pas persanes.

Moustapha Djelaleddin, L’Europe et le touro-aryanisme, 18..?, p.288

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir