la terre et les hommes

Turquie d’Asie, deux castes bien distinctes, appartenant probablement à des souches ethniques différentes : ces deux castes sont les kermani ou assireta, c’est-à-dire les nobles, et les gouran ou paysans. Ceux-ci, quatre ou cinq fois plus nombreux que les premiers dans le Kourdistan méridional, sont considérés, et probablement à juste titre, comme les descendants d’une nation vaincue et asservie1 : on les appelle raya dans la Turquie d’Asie, de même que les autres serfs de la glèbe. Dans certains districts ils sont en effet des esclaves, obligés de cultiver le sol pour des maîtres qui s’arrogent sur eux le droit de vie et de mort. En aucune circonstance, ils ne peuvent s’élever au rang de guerriers : ils n’ont qu’à se soumettre à la destinée, à changer de maîtres quand l’issue des combats l’a ainsi ordonné. De leur côté, les nobles ou soldats se croiraient déshonorés s’ils se livraient à l’agriculture; le seul travail pacifique permis à ces hommes supérieurs est le soin des troupeaux; le pillage et la guerre, soit pour leur propre compte, soit comme mercenaires, sont les seules occupations dignes d’eux en dehors du métier pastoral; en certains districts, ils se distinguent par le port d’un, manteau rouge2. Moins beaux en général que les Kourdes de la caste des gouran, ils ont des formes plus lourdes, des visages aux angles saillants, des yeux petits et enfoncés. Les gouran ont des figures plus douces, plus régulières et se rapprochant du type grec3 Quelques familles de Tchinghianeh ou Tsiganes, en tout semblables à ceux de l’Europe, et les Tere-kameh, que l’on croit être d’origine turque à cause de leur idiome, vivent aussi parmi les Arméniens et les Kourdes. Les Terekameh habitent une centaine de villages près de la frontière persane. 

Le dialecte diffère aussi bien que les traits. Les parlers sont aussi très distincts entre les tribus éloignées : un Kourde des montagnes de la Cilicie comprendrait difficilement un Kourde du Kopet-dagh. La structure commune de tous leurs dialectes est essentiellement iranienne; le vocabulaire est enrichi de mots persans chez les tribus orientales ; chez celles de l’occident et du nord il abonde en termes arabes et turco-tartares ; les mots syriaques sont fort nombreux dans quelques districts; en Transcaucasie, les Kourdes emploient des expressions russes; le zaza, que l’on parle à Mouch et à Palou, offre quelques analogies avec l’idiome des Ossètes caucasiens. D’après Lerch, la langue kourde se divise en cinq dialectes, dont l’un, le kermandji, est parlé dans toutes les tribus à l’occident de Mossoul Tous ces idiomes sont rudes, résonnant comme par une série d’explosions, mais ils ont moins de sifflantes et de gutturales que la plupart des langages que parlent les nations voisines. Quelques chants populaires, qui célèbrent les montagnes, les fleuves, les héros, sans longs développements poétiques, mais avec un sentiment profond, à cela se résume la littérature originale ; les missionnaires américains y ont ajouté la traduction de la Bible et de quelques ouvrages religieux. N’ayant pas d’écriture propre, les Kourdes se servent de l’alphabet arabe modifié par leurs voisins persans, et ceux qui s’élèvent par l’instruction abandonnent d’ordinaire leur propre langue pour celle des Iraniens ou des Turcs policés; leur nom même, Kourdes, est d’origine persane et signifie « Forts » ou « Puissants 5). Il est vrai que les Tartares dérivent ce mot de Gourd ou « Loup », se vengeant par cette étymologie ironique de la cruelle rapacité d’un peuple dont ils ont eu souvent à souffrir. Les Kourdes prétendent volontiers à une descendance arabe, et l’on peut croire qu’en effet un certain nombre de leurs chefs appartiennent à cette race de conquérants.

_______
1 Moritz Wagner, Reise nach Persien und dem Lande der Kurdert.
– Millingen, Wild Life among the Koords.
3 Rich, Narrative or a Residence in Koordistan.
4 Forschungen iiber die Kurden und die Iranischen ftordchaldqr. 

Source: Élisée Reclus (1830-1905), Nouvelle géographie universelle : la terre et les hommes, Hachette Paris 1884, p.347-348

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir